LE CSES JEAN LAGARDE

UN PARTENARIAT EXEMPLAIRE ENTRE L’EDUCATION NATIONALE ET L’ASEI

 

Le Centre Spécialisé d’Enseignement Secondaire (CSES) Jean Lagarde est avant tout l’illustration d’une formidable volonté partagée de prendre en compte la situation des jeunes en situation de handicap.

 

Rapide historique

 

En 1950, un instituteur, Jean Lagarde, fonde au 1 avenue Tolosane à Ramonville l’Association pour la Sauvegarde des Enfants Invalides avec un centre de rééducation fonctionnelle destiné à accueillir pendant les congés des jeunes atteints d’un handicap moteur. En 1956, débute en Haute-Garonne la scolarisation des enfants handicapés moteurs et sensoriels. De la collaboration entre le Centre National d’Enseignement par Correspondance et l’A.S.E.I. naît un centre d’enseignement secondaire. Après le développement du collège et du lycée d’enseignement général, un second cycle court (BEP) est créé en 1969, suivi de la mise en place de classes de baccalauréat professionnel en 1989 et d’une structure d’enseignement supérieur (BTS) en 1994. En 2000, la Section de Première Formation Professionnelle rejoint l’établissement.

 Le Sessad est créé en 2002 avec un premier agrément de 18 places, étendu à 40 places en 2009.

 

Public accueilli

Nombre et profil des jeunes

 

L’établissement accueille des jeunes en situation de handicap de 10 à 20 ans et jusqu’à 25 ans à titre dérogatoire. Le Centre Jean Lagarde accompagne les jeunes en situation de handicap auditif et visuel, d’où sa dénomination d’Institut d’éducation sensorielle. Mais aujourd’hui, plus de la moitié des jeunes pris en charge sont en situation de handicap moteur. L’établissement depuis près de dix ans  propose des formations adaptées pour les jeunes présentant des troubles du langage.

Ces accueils permettent de développer un projet de vie autour de dispositifs de formations diplômantes (CFG, DNB, baccalauréats S,ES,L, bac pro ARCU et GA,CAP EVS, CAP par alternance, BTS AG PME-PMI).

Par arrêté du 30 juillet 2009, la capacité d’accueil de l’établissement est fixée à 195 places. Cependant certains jeunes en situation de handicap viennent compléter les places disponibles en classe en partenariat avec des établissements scolaires ou médico-sociaux.

 

Procédure d’admission et projet individualisé

 

L’établissement accueille en grande partie des élèves venant de Centres spécialisés (Centres Lestrade, Pierre Froment, Paul Dottin essentiellement) et d’établissements du milieu ordinaire. Les jeunes sont orientés vers le Centre Jean Lagarde exclusivement par une décision de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Une procédure d’admission permet à l’équipe pluridisciplinaire d’élaborer un diagnostic du jeune et à la famille de voir les dispositifs de prise en charge proposés par le Centre. Lorsque la candidature du jeune est validée par la Direction, un projet individualisé du jeune est élaboré et contractualisé entre le Centre Jean Lagarde d’une part et la famille et le jeune d’autre part.

Missions

 

Le Centre Jean Lagarde assume une double mission auprès des jeunes qu’il accueille :

 

Mission scolaire et d’insertion professionnelle

 

Les jeunes inscrits au Centre Jean Lagarde suivent leur scolarité dans les classes internes ou annexées relevant de l’établissement.

Les jeunes inscrits sur le SESSAD, dans l’établissement scolaire de leur secteur (Agglomération toulousaine). Certains peuvent être inscrit en ULIS ou en Segpa

 

Mission médico-sociale

 

Le Centre Jean Lagarde assure à chacun de ses usagers un accompagnement médico-social adapté à travers :

  • des soins médicaux ;
  • des soins en rééducation (kinésithérapie, orthoptie, orthophonie…) ;
  • un suivi psychologique ;
  • un suivi éducatif pour les actes de la vie quotidienne et l’insertion professionnelle ;
  • un suivi social, assurant le lien avec les familles et entre les différents intervenants extérieurs.

 

Pour les jeunes scolarisés sur le site, le suivi médico-social se fait au Centre et à l’internat. Pour les élèves des classes annexées, l’équipe médico-sociale se déplace au collège Malraux et Bellevue. Pour les jeunes scolarisés en milieu ordinaire, l’équipe du SESSAD (Service d’Education Spécialisée et de Soins A Domicile) se rend au domicile des jeunes ou dans son établissement scolaire.

 

Financements

L’ensemble du financement est assuré par la Sécurité Sociale après validation d’un budget prévisionnel par l’ARS (Agence régionale de Santé).

Pour la partie scolarisation, les salaires des personnels de l’Education Nationale, nommés sur l’établissement dans le cadre du mouvement, sont pris en charge par le ministère de l’Education Nationale.

Modifier le commentaire 

par admin jean-lagarde le 18 oct. 2017 à 11:43

haut de page